COP-23 : La grande illusion, par Guillaume Berlat

Source : Proche & Moyen-Orient, Guillaume Berlat, 04-12-2017

« La répétition est la plus forte des figures de rhétorique » comme le souligne Napoléon Bonaparte. Il en va de même pour ces grand-messes internationales qui reviennent à échéance régulière et dont il n’y a rien, si ce n’est peu de chose de concret et de tangible, à attendre. Tel est le cas des conférences des États parties à l’accord sur le climat, sorte de barnum plus connu sous leur acronyme de « COP ». Tout le monde garde à l’esprit le succès éclatant de la COP21 conclue le 12 décembre 2015 par un accord dont le grand ordonnateur fut et restera devant l’Éternel, Son altesse sénilisme (surnom moqueur donné à Gérard Collomb) Laurent Fabius qui espérait en être récompensé par un prix Nobel de la paix. Il garde en trophée de cette épopée le petit marteau vert avec lequel il a enregistré l’accord unanime de tous les participants à la conférence du Bourget.

Même le grand Talleyrand n’aurait pu parvenir à un tel chef d’œuvre de diplomatie multilatérale ! Mais depuis les choses ont peu évolué et surtout pas dans le bon sens. Tel est le constat que les observateurs avertis peuvent dresser à l’occasion de la COP23 dont les travaux ont débuté le 6 novembre 2017 à Bonn sous présidence fidjienne et se sont conclus le 17 novembre 2017 (dans la nuit du 17 au 18) sur un constat d’échec. La France s’octroie un rôle à part, ad vitam aeternam, dans cet exercice de haute diplomatie climatico-médiatique.

DE LA COP21 À LA COP23 : DE CHARYBDE EN SCYLLA

Le Bourget (COP21): le don du ciel

Lire la suite

Powered by WPeMatico