Hayya : La cause palestinienne est en danger

Khalil al-Hayya, chef adjoint du bureau politique du Hamas à Gaza, a déclaré que la cause palestinienne est menacée de liquidation.

Hayya : La cause palestinienne est en danger
La nation arabe est en train de courir pour gagner la satisfaction d’Israël au lieu de soutenir le peuple palestinien et la cause palestinienne, a-t-il ajouté, soulignant que le dialogue du Caire entre les factions palestiniennes, qui commencera dans quelques jours, discutera de questions majeures.

Al-Hayya a été invité à une réunion organisée par le comité politique du Hamas dans le camp de réfugiés d’Al-Buraij sur les derniers développements de la réconciliation nationale qui s’est tenue jeudi à la mosquée Al-Safa et a rassemblé des centaines de citoyens.

Il a ajouté: « La cause palestinienne est en danger, les colonies prennent plus de terres palestiniennes, et l’ennemi est catégorique sur certaines positions: Non à la suppression des colonies, non à la définition des frontières dans la Vallée du Jourdain, non au retrait de Jérusalem occupée et non au retour des réfugiés dans leurs foyers « .

Il a dit: « L’honorable résistance a exposé les régimes arabes qui prétendaient soutenir notre cause pendant des décennies. Notre peuple est maintenant assiégé parce qu’il a dit non, et aujourd’hui il devrait y avoir une issue pour protéger la résistance et améliorer la situation de notre peuple.  »

Une erreur historique

Il a qualifié l’accord d’Oslo d’erreur historique plus préjudiciable que la déclaration Balfour, car elle a donné à l’occupation le droit d’exister sur 78% de la Palestine historique et de négocier la création d’un Etat palestinien sur les 22% restants. Elle a aussi décrit la résistance de « violence » qui a provoqué une rupture interne palestinienne.

Il a souligné que « le Hamas était en désaccord avec l’OLP et le Fatah auparavant, mais surtout après les Accords d’Oslo, et la division de 2007 a encore affaibli les Palestiniens dans la mesure où les Etats-Unis appellent à un accord de paix qui inclurait le renforcement des relations entre les pays arabes et Israël.  »

Al-Hayya a souligné les justifications du Hamas derrière une réconciliation nationale, affirmant que la réconciliation est le moyen le plus court pour affronter l’occupation, bien que les visions politiques du Hamas et du Fatah soient différentes.

Il a ajouté: «Maintenant que le danger augmente, nous avons décidé de faire un grand pas en avant, et nous sommes allés vers la réconciliation pour protéger notre peuple; l’occupation ne peut être affrontée tant que nous sommes encore divisés ».

Hamas et Fatah

Al-Hayya a souligné que les mouvements du Hamas et du Fatah ont besoin de réconciliation, mais le président de l’Autorité palestinienne Abbas en a plus besoin, parce qu’il parle devant le monde en tant que représentant de tous les Palestiniens du monde.

Il a ajouté: «Pour que la réconciliation réussisse, tout le monde devrait sentir que c’est important et l’adopter. Le Hamas et le Fatah devraient avoir un réel désir de réconciliation et d’aller de l’avant ».

Il a appelé à ce que l’esprit de consensus prévale pendant la phase de transition actuelle et que la patrie soit la priorité de tous les partis, et non du parti, soulignant que le Hamas accumule encore des points positifs dans cette réconciliation, à commencer par la passation du pouvoir au gouvernement.

Le passage de Rafah

Parlant du passage de Rafah, il a déclaré: «Nous avons convenu à Beyrouth il y a deux ans de rejeter l’accord de passage de Rafah de 2005. Ceci est écrit dans les procès-verbaux des dirigeants du Fatah Hussein Sheikh, Majid Faraj et Azzam Al-Ahmad ».

Il a poursuivi: « La période de l’accord du passage de Rafah en 2005 était de 12 mois, et elle est terminée. Aujourd’hui, nous voulons avoir une traversée au service des Palestiniens et des Egyptiens selon les normes internationales. Le Hamas est prêt à toute forme qui ne contredise pas les constantes nationales et la résistance.  »

Le dialogue du Caire

Al-Hayya a parlé du prochain dialogue du Caire, qui se tiendra dans quelques jours, et inclura toutes les factions palestiniennes. Il a souligné que les réunions porteront sur les principaux problèmes, notamment les élections de l’OLP et du Conseil national palestinien.

Il a ajouté: « Nous n’avons pas peur des élections, et notre projet de résistance existera tant que l’occupation existera, les armes de résistance sont hors des négociations, et la question des fonctionnaires de Gaza est une question nationale qui doit être résolue. »

Il a appelé à continuer de travailler sur la question de la réconciliation communautaire, soulignant la nécessité de travailler sur la question des libertés publiques en Cisjordanie occupée.

https://french.palinfo.com/34644

@Copyright Le Centre Palestinien D’Information

Alter Info
l’Information Alternative

Powered by WPeMatico