Vol électoral apparent au Honduras, par Rick Sterling

Source : Rick Sterling, Consortium News, le 4 décembre 2017

En 2009, la secrétaire d’État Hillary Clinton a justifié un coup d’État au Honduras pour mettre fin à un éventuel second mandat d’un président progressiste, mais les États-Unis maintenant ne font rien, alors qu’un président de droite vole un second mandat, affirme Rick Sterling.

Le Honduras est à nouveau en crise. L’élection nationale a eu lieu le 26 novembre et les résultats ont été publiés cette nuit-là, montrant que le challenger Salvador Nasralla avait une avance de 5 % avec 57 % des voix exprimées Puis des choses étranges ont commencé à se produire.

Carte du Honduras

Après minuit le soir des élections, le Tribunal électoral suprême (TSE) a cessé d’afficher des mises à jour et a effectivement cessé de fonctionner pendant les 36 heures suivantes. Le président du TSE, David Matamoros Batson, a déclaré que le TSE avait reçu 13 000 feuilles de comptage, mais qu’il en manquait 6 000. Avec un peu plus de 18 000 au total, ce n’est pas tout à fait la valeur totale. Deux heures plus tard, Matamoros a porté à 7 500 le nombre de feuilles de comptage manquantes. Lorsque les mises à jour ont repris, en milieu de journée mardi dernier, les résultats ont toujours été favorables au président sortant de droite Juan Orlando Hernandez. L’avance de l’opposition a diminué progressivement puis a disparu.

Lire la suite

Powered by WPeMatico